Inspiration: Interview

Rencontre avec les Scrambler Brothers

Unis par l’amour de la moto

Passionnés de motos, Luke et Amos Adams ont amassé plus de 5 000 abonnés sur Instagram en créant de magnifiques vidéos avec leurs Scrambler. Un beau moyen de rester proches grâce à leur amour de la moto et de la photo.

Pour Luke et Amos, les 14 heures qui les séparent sont difficiles à vivre. Lorsqu’ils étaient enfants, ces deux cadets d’une fratrie de quatre qui ont grandi à Warsaw, dans l’Indiana, passaient leur temps dehors à prendre des photos et créer des vidéos.

Luke, qui conduit aujourd’hui un Scrambler 2010, se souvient que des années avant de découvrir leur passion de la moto, son frère et lui utilisaient la caméra pour s’amuser et s’exprimer.

Afficher cette publication sur Instagram

Une publication partagée par les Scrambler Brothers (@scramblerbrothers) le

« Nous vivions dans une petite ville où il n’y avait pas grand-chose à faire », raconte Luke. « Alors quand la famille a acheté une caméra, nous passions des heures dehors à jouer aux réalisateurs et à faire les fous. À cette époque, Internet et YouTube n’existaient pas encore.

« Nous sommes plutôt des visuels et nous avons toujours créé ensemble. Je suppose que prendre des photos et filmer nos virées à moto pour les publier sur notre page Instagram Scrambler Brothers, c’est la suite logique des choses. »

L’effet McQueen

« C’est aussi grâce à un film que je me suis intéressé aux motos », ajoute Amos. « Pendant mon enfance et mon adolescence, j’ai regardé plein de films avec des motos. Mais c’est surtout Steve McQueen dans La Grande Évasion qui m’a transmis l’amour des lignes Triumph.

« À l’époque, je ne savais pas quelle était la marque de la moto, je la trouvais simplement cool. En le voyant sauter ces barbelés, j’avais juste envie d’être aussi cool que lui. »

Tandis que les garçons rêvaient d’aventures à moto, leur première expérience fut bien plus modeste, le temps d’apprendre les bases.

Amos, qui pilote un Scrambler 2013, nous raconte : « Notre père était fan de motos, et il y en avait toujours dans notre garage. Quand il a découvert que l’on s’intéressait à la moto, il nous a emmenés sur un parking avec l’une de ses machines, nous a montrés l’accélérateur et les freins, puis on a fait des tours. »

Même s’il savait déjà piloter une moto à 17 ans, Amos dut patienter quelques années avant d’acheter sa première Triumph.

« Ma première moto était un cruiser, mais plusieurs de mes amis avaient des trails. Un jour, l’un de mes potes m’a laissé en emprunter un et nous sommes partis faire un tour. J’ai adoré le fait de pouvoir passer de l’asphalte à un chemin de terre quand l’occasion se présente. C’était une nouvelle façon d’appréhender la moto.

Frères-motards

« Dans une concession, j’ai vu un Scrambler et un Tiger côte à côte et je suis tombé amoureux de leur look. »

C’est la passion dévorante d’Amos pour la moto qui a fini par persuader son frère de sauter le pas. Luke explique : « Il n’arrêtait pas de m’envoyer des photos de toutes ces superbes motos. Je ne roulais pas très souvent, mais quand je suis rentré à la maison, Amos m’a laissé essayer son Scrambler.

Afficher cette publication sur Instagram

Une publication partagée par les Scrambler Brothers (@scramblerbrothers) le

« Depuis que j’ai acheté ma moto, nous avons fait quelques road-trips ensemble. Le meilleur remonte à 2017, en Caroline du Nord. Nous sommes allés là-bas avec deux amis. Un gars du coin nous a parlé de Lake Santeetlah où nous avons fini par camper quelques jours pour sillonner les routes environnantes. Cet endroit est vraiment incroyable. »

Même lorsqu’ils ne partent pas ensemble, les deux frères se baladent à moto avec leurs caméras pour filmer et prendre des photos.

Un espace de création

« Notre compte Instagram vient de notre besoin d’exprimer notre créativité ensemble », explique Luke. « Nous pouvons ainsi créer tout en étant séparés par la distance. »

« Le compte nous permet aussi de rencontrer plein de gens qui partagent des centres d’intérêt similaires », poursuit Amos. « D’ailleurs, on part bientôt avec un mec que l’on a rencontré sur Instagram. »

Luke ajoute : « Même si on adore prendre des photos de nos balades et rencontrer d’autres motards sur Instagram, on ne veut pas que ça interfère avec notre plaisir. On emporte souvent nos caméras, et une fois rentrés, on se rend compte que l’on n’a pas pris une seule image. À la fin de la journée, le plus important, c’est d’avoir profité de nos motos et de nous être amusés. »