Inspiration: Interview

Triumph logo

L’évolution du logo Triumph

Une virée dans le passé

Une recherche rapide du mot-clé « logo Triumph » sur Internet prouve la puissance du logo du constructeur. Qu’elle soit représentée par le rouge, le blanc et le bleu du drapeau britannique, par le nom Triumph noir souligné d’un sourire ou plus récemment, par un triangle, cette marque est appréciée, et pas seulement des motards.

Le logo se trouve au carrefour de la passion de la marque et de l’esthétique d’une époque. C’est comme pour un tatouage, vous choisissez forcément un symbole que vous aimez profondément. Miles Perkins, directeur Marketing et Communication chez Triumph, faisait partie de l’équipe de design de Wolff Olins, l’agence internationale de conseil en stratégie de marque, qui a créé la dernière version de l’emblématique logo.

« Pour moi, le logo Triumph incarne une histoire et un style incomparables. Il suscite la fascination et la passion de fans du monde entier, ce que l’équipe a pris très au sérieux lorsqu’il nous a fallu concevoir la dernière version de ce logo légendaire en 2015. »

« Le nouvel emblème qui évoque le drapeau britannique et reprend le logo Triumph est inspiré par les badges triangulaires de moteur des constructeurs des années 30. Nous avions d’abord dessiné un croquis à l’usine avec l’équipe d’ingénieurs Triumph. »

Malheureusement, il n’a pas gardé ce dessin à main levée : « Je m’en veux tellement : ça aurait été un magnifique souvenir ! ». Par contre, il peut nous révéler comment et pourquoi logo de l’entreprise a évolué depuis 1902.

« Le logo symbolise la passion et l’indépendance de ceux qui l’arborent. Des personnalités comme Steve McQueen, Bob Dylan et Bruce Springsteen, qui ont toutes porté des t-shirts avec ce logo, ont contribué à en faire une métaphore du style, de l’indépendance et de la mode », explique-t-il.

Chacune des 12 versions différentes du logo depuis 1902 représente les racines britanniques et l’ambition de la marque, mais aussi l’esprit et l’esthétique d’une époque, chacune exprimant une variation d’orientation à la fois difficilement perceptible et nettement différente.

Triumph Bonneville avec casque et lunettes au festival Goodwood Revival

Chaque motard a le désir, voire le besoin, d’afficher une marque de distinction ou un logo prouvant que sa moto est la meilleure du moment. Sans la télévision pour transmettre le message, le symbolisme visuel fut dès le départ un outil puissant… et il l’est encore plus aujourd’hui.

Miles nous raconte l’histoire fascinante de ce logo en constante évolution.

La trompette : une marque d’approbation ancrée dans le XIXe siècle

« L’un des tout premiers logos avait une signification plus ou moins religieuse puisque la trompette peut renvoyer à la fanfare triomphale des portes du paradis. Pour ses nouvelles bicyclettes, Siegfried Bettmann avait en effet choisi le nom Triumph plutôt que son propre patronyme en raison de sa prononciation plus facile, de son acception particulièrement positive et de l’exaltation qu’il suggérait. Ces vélos furent rapidement surnommés Trompettes par leurs propriétaires. » Pour voir un exemple de logo utilisant la trompette, cliquez ici

Les armoiries : 1902-1906

« Ce logo en forme d’armoiries présente Triumph comme une entreprise de confiance en raison de l’esthétique audacieuse et pleine d’assurance du blason. Il semble aussi célébrer l’Empire britannique d’alors et l’on peut imaginer que les six drapeaux puissent représenter les continents du Commonwealth. »

La première signature : 1907-1922

« Ce logo de style calligraphique cherchait à humaniser Triumph et à rendre la marque plus accessible en introduisant un ton plus personnel ainsi qu’en mettant l’accent sur l’artisanat des produits, le soin apporté par la marque et l’ingénierie. Plus simplement, ce logo devait inspirer confiance aux clients. »

La deuxième version des armoiries Triumph : 1922-1932

« Après la Première Guerre mondiale, les entreprises du Royaume-Uni pouvaient compter sur la confiance des consommateurs dans leurs produits pour vendre. Siegfried Bettmann, le Bavarois fondateur de Triumph, modifia les anciennes armoiries pour donner encore plus de force à son message. L’ingénieux homme d’affaires, expert de l’import-export, savait que Coventry était à l’époque la Silicon Valley du monde motocycliste. Il mit alors en valeur les liens de l’entreprise avec Coventry et ajouta du rouge, du blanc et du bleu pour le patriotisme. Une décision intelligente. »

La mappemonde : 1932-1933

« Ce logo, qui n’a pas été utilisé très longtemps, n’est pas aussi connu ni aussi emblématique que la version calligraphiée. Il reflète le rôle croissant du logo dans la publicité et les magazines de l’époque et met l’accent sur la présence internationale de Triumph. Il sous-entend aussi qu’avec une Triumph, vous pouvez conquérir le monde. »

Le sourire : 1934-1990

« La publicité devenait de plus en plus sophistiquée et l’idée émergeait qu’une stratégie de marque consistait à faire passer un message plus clair sur la qualité et les choix individuels. C’était les prémices de la “science des marques” et l’arrivée de la télévision. Le logo, avec son sourire distinctif, était né.

« Le T de Triumph symbolise le piston d’une culasse de moteur, tandis que la police Serif et la ligne reliant le R à la barre du H correspondent clairement aux préférences esthétiques de l’époque. Ils apportent immédiatement cette touche humaine qui était en vogue après les époques victoriennes et Art Déco. »

La renaissance de Triumph : 1990-2005

« Après le dépôt de bilan de 1983 et le sauvetage de l’entreprise par John Bloor peu de temps après, le logo devait évoluer pour refléter la renaissance extraordinaire de Triumph et le dynamisme de l’industrie motocycliste des années 1990. Toutes les composantes du logo furent alors légèrement affûtées et la ligne du sourire fut amenée à l’avant du H pour un résultat plus équilibré symbolisant la force et la stabilité retrouvées de la marque. Dans l’esprit esthétique de l’époque, le logo devint plus massif, moderne et symétrique pour susciter la confiance. »

Sérieux, mais avec de la personnalité : 2005

« Un subtil changement de couleur, le prolongement de la ligne du sourire, que certains interprètent comme une route dégagée allant de la vallée aux montagnes, et le choix d’un bleu actuel ont une fois encore modernisé le logo. Triumph était bel et bien de retour et commençait à prospérer sur tous les segments. Dans ce nouveau design, le tracé des lettres a été simplifié, tandis que le léger arrondi apporté aux angles donne de la fluidité à l’ensemble. Cette version a encore plus de personnalité et de caractère, tout en conservant le logo et son trait traditionnel en forme de sourire. »

Exigences esthétiques pour une icône moderne

« En 2015, notre objectif était de modifier une nouvelle fois le logo afin qu’il représente mieux toute l’étendue des nouveaux produits et des segments conquis par Triumph, à savoir le segment rétro, des sportives et des motos Adventure, tout en respectant sa forme et son sourire emblématiques. Nous avons d’abord délicatement mis à jour les lettres, en accentuant la symétrie des espaces et des alignements, en diminuant la hauteur du T et en affinant légèrement l’ensemble.

« Nous avons également réduit le nombre d’empattements tout en préservant l’arrondi des angles. L’objectif était triple : conserver l’humanité, la chaleur et l’identité du logo, le rendre plus net et mieux adapté aux supports numériques, et enfin obtenir un visuel qui serait aussi beau sur une moto sportive dépouillée que sur un modèle néo-rétro. »

Outre cette nouvelle version du logo, Triumph créa aussi le nouvel emblème triangulaire afin de se doter d’un symbole unique. Il associe le logo, le drapeau britannique et la forme intemporelle de l’emblème constructeur original, qui fit sa première apparition avec les informations de brevet sur le carter moteur des Speed Twin de 1939.

Miles ajoute : « La plupart des motards passionnés de grosses cylindrées connaissent certainement le logo Triumph et continuent à l’associer à l’histoire incroyablement riche de l’entreprise, à l’excellence technique et, bien sûr, à l’ingénierie britannique. À l’instar de ceux qui nous ont précédés et confié la garde de cette incroyable marque, notre défi est de veiller à ce que Triumph continue à avancer avec son temps pour représenter les motards d’aujourd’hui et leur amour des motos. »