Inspiration: Interview

Le lien avec Steve McQueen

Un couple revient sur ses débuts au sein de Triumph

Dans l’exaltation des années 60 et 70, l’industrie motocycliste britannique était à son apogée. FTR est parti à la rencontre d’un couple, Edward et Thelma, qui s’est rencontré lors de cet âge d’or. Ils nous racontent leur vie de l’époque chez Triumph, comment ils se sont trouvés et une belle rencontre avec Steve McQueen…

Souvenirs du passé

Les choses étaient différentes à l’époque. « On était à mille lieues de l’usine immaculée d’aujourd’hui », explique Edward. « À l’époque, l’usine possédait sa propre fonderie. Le sol était sale, il y avait des pièces, des composants, de l’huile et de la saleté partout. La nouvelle usine est high-tech, elle est ultra-moderne. »

Edward travaillait dans le service des exportations de Triumph. « J’avais eu un entretien avec Bill Robertson, le responsable des exportations, et nous avions tout de suite accroché. Je suis resté jusqu’en 1971. J’adorais cette entreprise, c’était comme une famille. Bill s’occupait des exportations vers les États-Unis et je me chargeais plus ou moins du reste du monde. Enfin, les États-Unis, c’était 90 % de nos exportations, Bill était donc le plus occupé de nous deux ! »

L’étincelle

Thelma était standardiste chez Triumph et se souvient de sa rencontre avec Edward. « Nous n’avions pas le droit de passer des appels personnels dans l’usine. L’une des filles était donc chargée de faire le tour des locaux pour récupérer les frais de communication auprès de ceux qui avaient utilisé la ligne pour des appels privés. J’étais l’une de ces filles qui récupéraient l’argent et Edward était l’un de ceux qui en devaient. »

À partir de ce moment-là, une attraction mutuelle vit le jour. « Il avait une belle voiture MGA, j’ai donc accepté de sortir avec lui », dit-elle en riant.

Edward et Thelma avec une coupure de presse où Thelma pose avec Steve McQueen, sur la moto de la star.

La visite de Steve McQueen

Tandis qu’Edward conduisait sa MGA, Thelma était à deux roues : « J’allais au travail avec un scooter Tina, mais il me lâchait souvent dans la dernière partie du trajet. L’un des pilotes d’essai qui avait une Bonneville venait me récupérer, envoyait quelqu’un chercher mon scooter pour qu’il soit réparé avant le soir et que je puisse rentrer. »

Un jour, avant de se rendre à l’International Six Day Trial, Steve McQueen fit un saut à l’atelier de Meriden. Un journal local voulait un cliché de la moto de Steve McQueen pour la mettre en couverture. Et Thelma fut invitée à monter à l’arrière : « Ça a été un moment merveilleux. C’était une très grande star et c’était fantastique qu’il entretienne ce lien avec Triumph. Cette photo de Steve McQueen est très rare. »

Edward et Thelma ont déménagé en Australie il y a dix ans. Après avoir entendu parler du nouveau Centre des visiteurs Triumph et puisqu’ils prévoyaient de visiter les Midlands lors d’un voyage, ils décidèrent d’aller voir ça de plus près.

Une Triumph ayant appartenu à Steve McQueen y est actuellement exposée et Thelma reçut l’autorisation spéciale de s’asseoir sur la moto. « Je n’ai pas pu résister à l’envie de m’installer encore une fois au guidon d’une des motos de Steve. »

L’histoire de Triumph se poursuit…

« Il y a toujours cette ambiance familiale dans l’usine, mais de façon bien plus moderne », explique Edward. « L’Expérience Triumph raconte bien l’histoire de l’entreprise et parvient à saisir ce qu’était l’usine d’alors et la transition vers la nouvelle infrastructure. »

« Nous avons été très impressionnés par les nouveaux locaux. Tout le monde est tellement gentil, comme à l’époque, et il y a tellement de choses à avoir », ajoute Thelma. « Nous adorions revenir un jour. M’asseoir sur cette moto a fait remonter plein de souvenirs ! »