Inspiration: Style

Kevin Charles talks Triumph clothing

Le futur des vêtements Triumph

Emblématique, authentique, britannique… et intemporel

Une veste de moto à porter pour aller au travail malgré un vent glacial ou pour un road-trip étouffant dans le Sahara, qui conviendrait aussi parfaitement à une soirée. C’est une utopie, n’est-ce pas ?

Faux. Pour Kevin Charles, directeur Vêtements chez Triumph, le futur devra associer des technologies au service de la performance, une philosophie du design unique et un look intemporel.

Individualité

« Je suis venu ici, parce que la simple évocation de Triumph me donnait la chair de poule. Nous avons l’occasion en or de créer une marque lifestyle haut de gamme pour un tout nouveau public qui demande ce qu’offrent les vêtements comme la moto : l’individualité. »

Le tatouage Triumph sur l’avant-bras de Kevin prouve son attachement à la marque. Oh, et aussi la vingtaine de motos Triumph qu’il a possédées – Speed Triple, Tiger, Daytona – depuis son premier amour, une Speed Triple Diablo Black de 94 la même année que la publicité Rottweiler.

« Je l’ai vendue pour acheter une Daytona qui irait avec ma Bonneville de 65. Quelques années plus tard, elle me manquait trop. J’ai donc décidé d’en racheter une. Après plusieurs mois de recherche, j’en ai trouvé une chez un concessionnaire des Cotswolds, au centre de l’Angleterre », raconte-t-il.

« Je suis allé là-bas et excepté un petit éclat sur le carter d’embrayage, elle était parfaite. Celle que j’avais eue présentait une marque au même endroit. Lorsque j’ai regardé les papiers, j’ai vu mon nom dans la case du précédent propriétaire. Nos destins étaient liés. Je ne la laisserais plus jamais repartir. »

Une authenticité inestimable

Depuis un an qu’il occupe son poste, Kevin évalue la gamme, recueille l’avis des clients en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et sur les côtes est et ouest des États-Unis, et teste de nouveaux matériaux pour concrétiser le rêve.

Celui qui a approfondi ses compétences commerciales au sein de marques leaders, dont The North Face, Vans et Converse, déclare : « L’idée de base, c’est que Triumph est une marque britannique historique, ce qui en soit est presque inestimable. Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur ces lauriers. »

Il admet que réinventer et repositionner une gamme de vêtements ne se fait pas en un claquement de doigts. Mais il sait désormais comment il lancera la marque sur un nouveau terrain tout en veillant à satisfaire les amateurs de rétro.

Le style Speed Triple

Poussé par le désir d’avoir un style différent, vers 20 ans, Kevin écume les friperies vintage de Camden et de South Kensington à Londres. Pour lui, l’allure du premier Speed Triple est encore plus percutante si son pilote porte une veste en cuir noir et un jean bordé d’indigo.

« Cela devrait être l’essence même des vêtements de moto. Les vêtements d’un pilote de Bonneville ne sont pas les mêmes que ceux d’un pilote de Tiger, parce que ce sont deux styles différents. Si vous conduisez une moto d’aventure, vos vêtements doivent vous protéger et refléter le côté technique de votre machine, mais vous devez pouvoir aussi les porter toute l’année, pour avoir chaud en hiver et rester au frais en été », explique-t-il.

« D’un autre côté, un ou une propriétaire de Bonneville cherchera des vêtements de protection qu’il ou elle pourra aussi porter pour sortir dans un bar, avec un style cool et intemporel. Rien à voir.

« Si vous conduisez un roadster, vous voudrez un équipement très technique, que vous pourrez porter sur la route ou les circuits en vous sentant protégé et stylé. C’est un aspect clé sur lequel nous travaillons pour tous les modèles. »

Classique, emblématique, intemporel

Kevin insiste sur un élément qui doit caractériser les futurs vêtements Triumph : « Chaque pièce doit être un basique, un vêtement emblématique qui sera toujours aussi cool et actuel dans dix ans. Prenez la Bonneville… Son look classique emblématique s’est bonifié avec l’âge. Elle a autant de style aujourd’hui qu’il y a 60 ans. Pourquoi les vêtements devraient-ils être différents ? »

Cool et britannique

« Notre marque fédère tellement de fans. Pour créer une gamme de basiques iconiques, nous profitons de possibilités infinies. Ce type de vêtements s’adresse à tout le monde, à tous ceux qui aiment l’image cool des motos Triumph, pas seulement aux motards. La qualité parle d’elle-même. Que le logo soit clairement visible ou se fasse discret, les pièces reflètent une grande qualité et sont parfaitement en accord avec l’une des marques britanniques les plus cool. »

Les nouvelles gammes sont pour la plupart tenues secrètes jusqu’à leur lancement officiel un plus tard dans l’année, mais FTR a réussi à soutirer quelques scoops à Kevin.

Spoiler alert

« Ce que je peux vous dire, c’est que l’Union Jack sera présent sur une bonne partie des nouveaux vêtements. En termes de produits, nous allons lancer un nouvel airbag Triumph pour la saison automne/hiver 2019 qui pourra se porter sous n’importe quelle veste et offrira une protection à 360 degrés aux pilotes », nous révèle-t-il.

« Il est contrôlé par un boîtier intégré qui peut gonfler l’airbag en une milliseconde grâce à des algorithmes. Il a été développé par des pilotes du MotoGP et peut se connecter en Wi-Fi pour la mise à jour de l’algorithme. »

Ce type d’innovation est au premier plan du travail de Triumph, qui cherche constamment à allier la qualité, le design et la polyvalence au sein de vêtements intemporels. « En un mot, nous voulons proposer des vêtements actuels, emblématiques et techniques aujourd’hui et qui le resteront dans le temps. »

Comme on dit, à suivre !