Inspiration: Interview

La promesse DGR du boss de Movember

« Ça pourrait en chiffonner quelques-uns »

Le PDG de la Movember Foundation>, Owen Sharp, n’y va pas par quatre chemins lorsqu’il s’agit de partager sa définition du succès de la lutte contre la crise de la santé chez les hommes :

« Ce sera le jour où nous mettrons la clé sous la porte. L’objectif de chaque organisme caritatif devrait être de fermer boutique parce que nous sommes ici pour résoudre un problème et que lorsqu’il n’existe plus, nous n’avons plus de raison d’être ».

Pour arriver à cette fin douce-amère, Owen admet que ça ne le dérange pas d’aller droit au but pour la Distinguished Gentleman’s Ride (DGR) de cette année – un circuit mondial incroyable de motos classiques et de motards distingués. Le DGR est un des évènements rétro les plus plaisants du calendrier, mais il est porteur d’un message bien plus important.

Motards élégants lors du DGR 2017

Sans détour

« Plutôt que de tourner autour du pot, nous voudrions que chaque participant double sa mise de l’année précédente. Si vous n’avez levé aucun fonds, mais avez participé l’année dernière, levez des fonds cette fois-ci » implore-t-il.

« Chaque penny, centime et dollar que nous collectons nous permet de financer des recherches de pointe aux quatre coins de la planète. Il nous reste encore beaucoup de choses à faire avant que nous mettions la clé sous la porte et bon nombre d’entre elles reposent sur leur financement. S’il faut en chiffonner un ou deux au passage pour sauver des vies, tant pis. »

DGR de Londres 2017

En moyenne, un homme vit six ans de moins qu’une femme

Pour bien des personnes, la clarté de vision d’Owen peut sembler être un rêve illusoire. Aider les hommes à vivre plus sereinement, en meilleure santé et plus longtemps, tel est l’objectif qu’il souhaite que lui et son équipe mondiale atteigne avant qu’il ne parte à la retraite. Il a 46 ans.

Le DGR mondial – qui se tiendra le 30 septembre cette année – en est à sa sixième édition et a fait de gros progrès. Non seulement au niveau de la recherche, mais également dans la prise de conscience de l’importance, pour les hommes, de prendre en main leur santé.

Les hommes meurent en moyenne six ans plus tôt que les femmes, une statistique que Movember vise à réduire de moitié d’ici 2030. Des évènements comme le DGR sont donc déterminants pour l’étape finale d’Owen : « On est loin d’être redondants, mais en poursuivant notre programme de sensibilisation et de levées de fonds, l’écart diminue progressivement ».

81 % des fonds levés vont aux programmes pour sauver des vies

Un montant impressionnant des sommes récoltées par la fondation est destiné à des projets­ de santé pour les hommes – un des taux les plus élevés parmi les organismes caritatifs – ainsi, même le plus indifférent des motards classiques Triumph sait que son argent va là où il va faire une grosse différence.

« DGR est un outil puissant pour nous parce qu’il nous permet de toucher une communauté passionnée par la moto qui, à présent, commence à discuter plus librement de la santé mentale et physique de l’homme sans craindre les réactions négatives », déclare Owen.

« Les groupes d’hommes et de femmes formés avant et après sous l’effet de la camaraderie du DGR sont aussi importants, car ils se retrouvent et parlent de leur moto, de football, ou des ennuis de santé qui les tracassent depuis quelques temps ».

Agissez:

Aidez à sauver des vies aujourd'hui

Inscrivez-vous dès maintenant

Le cancer de la prostate est le second cancer le plus fréquent chez les hommes. D’ici 2030, 1,7 million d’hommes en seront atteints.

Il ajoute : « Je pense que DGR est une véritable opportunité pour attirer l’attention sur la santé des hommes et le cancer de la prostate. Lorsque Movember a débuté, ce sont les moustaches qui ont planté le décor et DGR a fait avancer l’ordre du jour, mais nous devons vraiment commencer à recueillir des fonds parce qu’il y a un fort besoin non satisfait pour les hommes ».

Alors, s’il fallait chiffrer le nombre d’hommes toujours en vie aujourd’hui grâce aux efforts des motards et des moustachus, ça serait quoi ?

« Si vous considérez ce que Movember a fait, alors le nombre de vies que nous avons changées doit être dans les milliards parce que des millions ont participé à Movember et que l’effet boule de neige a dû en atteindre bien plus. Il en est de même pour le DGR. Ce n’est qu’un début, c’est pourquoi nous avons besoin des motards pour nous aider à mettre l’argent dans les mains des bonnes personnes pour qu’elles puissent résoudre ces problèmes une bonne fois pour toutes ».

510 000 hommes se suicident chaque année… un par minute

Owen est aussi très reconnaissant du travail et du soutien financier que le DGR reçoit de son commanditaire de longue date, Triumph : « Le rôle qu’ils ont joué dans notre succès est énorme. C’est une marque mondiale, emblématique et colossale, porteuse d’une véritable crédibilité qui résonne au sein de ses communautés et bien au-delà. Ils nous apportent un soutien financier et épaulent notre organisme… et ça, c’est important ».

Au bout du compte, c’est à l’homme de façonner les attitudes en entamant la conversation, comme l’a fait le joueur de foot anglais Danny Rose lorsqu’il a parlé de son combat contre la dépression lors de la préparation pour la coupe du monde.

D’ici 2030, nous voulons réduire de 25 % le nombre d’hommes qui meurent prématurément

« Plus on en parlera, plus les modèles comme Danny Rose se feront connaître et ensemble nous pouvons agir », ajoute-t-il en souriant. « Une fois que l’attitude des hommes par rapport à leur santé changera et qu’ils agiront pour obtenir un diagnostic, alors l’argent pourra faire la différence et leur donner de meilleures chances pour ne pas mourir trop jeunes ».

« Nous avons besoin des motards pour nous aider à mettre l'argent dans les mains des bonnes personnes pour qu'elles puissent résoudre ces problèmes une bonne fois pour toutes »

« Nous savons qu’une grande partie des hommes qui se suicident n’ont jamais fait part à personne de ce qu’ils ressentaient. En nous débarrassant de la honte, grâce à des conversations bienveillantes, nous pouvons faire baisser le nombre d’hommes qui souffrent en silence depuis trop longtemps ».

Nous voulons diminuer de moitié le nombre de décès dus au cancer de la prostate et du testicule, d’ici 2030

Quant à ceux qui ne savent toujours pas s’ils participeront au DGR cette année, il a un message simple mais fort : « Cette année, il est vital de recueillir des fonds si vous participez – faites-le pour votre père, votre fils, votre oncle, votre pote… ou même pour vous parce qu’un jour vous aurez peut-être besoin du soutien qu’apporte un tel évènement ».