Inspiration: Lifestyle

En images : l’Espagne que j’aime

Alvaro Pangea nous dévoile ses lieux préférés en Espagne

Bio FTR:, Alvaro Pangea

Nationalité: Espagnol

Moto: Bonneville T120

Passions: Le voyage, l’écriture, la photo, le surf

Objectif: Faire le tour du monde avec ma Triumph

Alvaro Pangea, amoureux de Triumph Bonneville, se décrit comme « un entrepreneur, un photographe, un voyageur, un motard, un surfeur, un aventurier et un rêveur… mais pas tout à fait dans cet ordre ».

Il partage avec nous les plus belles photos de son Espagne natale.

1. A Curota (Galice)

Le long de la route reliant le Mirador de A Curota aux dunes de Corrubedo, le jaune des fleurs d’ajonc tranche nettement avec le bleu du ciel et le noir de ma Triumph Bonneville.

Dans la campagne galicienne, vous verrez toujours une vieille femme tout de noir vêtue, menant son unique vache vers un carré de pâture fraîche. Elle portera un parapluie, car ici la pluie n’est jamais loin.

Chaque kilomètre parcouru est une autre étape qui s’inscrit sur mon cadran, mes poumons se gorgent de cet air pur qui m’enivre au point où je ne prends conscience des merveilles que j’ai traversées qu’une fois arrivé à destination.

Plage de Campello

Ma terre. J’ai beaucoup voyagé, mais c’est dans cet endroit que je me sens chez moi. Cette terre qui m’a vu grandir et m’a permis de la découvrir avec une vieille 125 cm3 qui est toujours dans le garage de mes parents.

Il est impossible de résumer toute la beauté de la Galice en deux clichés. J’ai choisi celui-ci parce qu’il me rappelle mon enfance, lorsque je prenais des photos dans cet endroit qui m’a donné le courage de réaliser mon rêve : devenir photographe.

2. San Juan de Gaztelugatxe (País Vasco)

Cet endroit est désormais célèbre grâce à Game of Thrones. Avec ses montagnes escarpées qui émergent du rivage et des vagues qui n’ont rien à leur envier en matière de hauteur, ce coin du Pays basque offre des paysages très variés.

Après avoir découvert la richesse des spécialités culinaires de Bilbao, Getxo et San Sebastian, les gastronomes n’auront plus envie de repartir. Depuis que je suis ingénieur, je trouve que Bilbao est une destination idéale pour les amoureux d’architecture moderne, car c’est une ville imprégnée de culture basque traditionnelle qui est aussi résolument tournée vers l’avenir.

3. Ma Bonnie au couchant (Asturies)

Depuis de nombreuses années, je passe quelques jours sur la côte des Asturies. C’est pour moi la fusion parfaite du surf, de l’aventure, des amis et de la moto. Pendant quatre jours, lors d’un festival moto, tout ça est réuni. Gasoil et nitrate !

Ce n’est un secret pour personne : la communauté des motards compte dans ses rangs des gens exceptionnels. J’ai rencontré tellement de personnes généreuses, bienveillantes, passionnantes et inspirantes. J’en suis toujours émerveillé. Ce qui est génial dans les festivals, c’est qu’ils réunissent autour d’un intérêt commun des gens complètement différents, qui peuvent se rencontrer et échanger.

4. Dune de Bolonia (Andalousie)

Cet endroit parmi les plus préservés de la côte de Cadix offre des paysages éblouissants et vibrants de vie. Derrière Tarifa, on trouve le parc naturel de Los Alcornocales, tandis que de l’autre côté de la mer, les montagnes du Maroc s’élèvent sur l’horizon.

Tous ces éléments sont réunis dans une belle image. La mer, la plage, les montagnes s’associent pour composer un panorama incroyable. La vraie déception de ce voyage, c’est de ne pas avoir pu embarquer pour le Maroc puisque je n’avais pas mon passeport. J’ai tellement hâte d’emmener le Scrambler 1200 en Afrique !