Inspiration: Interview

DGR : les meilleurs collecteurs de fonds découvrent leurs Triumph

Les vainqueurs viennent chercher leurs cadeaux

Pour encourager la collecte de fonds du DGR, les meilleurs collecteurs reçoivent de superbes prix. Triumph offre une moto aux trois meilleurs collecteurs de fonds du monde et au vainqueur du sprint final Ton-Up. Découvrez comment les vainqueurs s’y sont pris pour atteindre leurs objectifs et ce qu’ils pensent de leurs cadeaux.

Michael Mancinelli – 1re place

Sur la première marche du podium, Michael repense au DGR 2018 et à ce qui lui a permis de réaliser la meilleure collecte de fonds du monde.

« C’est une expérience fantastique. Du point de vue de la collecte de fonds, je suis extrêmement fier d’avoir pu rassembler les gens en faveur de la prévention des maladies mentales chez les hommes et de la lutte contre le cancer de la prostate, et d’être le meilleur collecteur de fonds du monde. Côté conduite, le rassemblement organisé par Jeff Campagna de Steeltown Garage Co. à Hamilton, dans l’Ontario (Canada), a été un énorme succès. Alors qu’il faisait bien plus froid que d’habitude à la même période, nous étions tous réunis, sur notre 31, pour faire passer le message.

« J’ai commencé à participer au DGR il y a deux, lors de l’édition 2017. C’est une cause que j’ai eu envie de défendre. J’avais l’occasion de défiler avec mon père, Joseph Mancinelli, qui était l’un des meilleurs collecteurs de fonds cette année-là. Nous avons discuté tous les deux de l’importance de cette cause et de la répartition des fonds récoltés.

« Pour moi, les motos représentent la liberté. Il se passe quelque chose d’unique lorsque l’on monte sur une moto, qu’on met le contact et qu’on entend le moteur ronronner. C’est un sentiment complètement à part. »

En tant que meilleur collecteur de fonds, Michael a pu choisir la moto dont il rêvait : une Thruxton R 1200. « J’ai un seul mot pour décrire cette machine : WAOUH ! Quelle moto ! Avec ses finitions, son élégance et sa puissance, c’est un vrai chef-d’œuvre. Je ne vais pas m’en priver au printemps et cet été.

« Les choses se précisent pour l’an prochain. Tous les contributeurs sont motivés à sensibiliser le public et à collecter des fonds pour la nouvelle édition. Je vais faire tout mon possible pour faire de nouveau partie des trois premiers collecteurs de fonds lors du DGR 2019. »

Vincent Nicolai – 2e place

Vincent collecte des fonds pour le DGR depuis plusieurs années et il se débrouille très bien. Après être monté à la troisième place en 2017, il finit deuxième en 2018 et a réuni beaucoup d’argent pour la cause.

« L’année dernière a été la plus belle jusqu’à maintenant. J’ai convaincu 60 donateurs supplémentaires par rapport à l’année précédente. Cette année, je vise la première place. Tous les ans, j’organise un barbecue, ce qui fonctionne plutôt bien, et mes collègues sont un soutien incroyable. J’ai aussi réussi à pousser plus de gens à participer et à devenir eux-mêmes collecteurs de fonds. Je croise les doigts pour faire encore mieux cette année. »

Vincent a opté pour un Bobber Black qu’il va personnaliser avec quelques accessoires custom : « Il y a tellement de possibilités de personnalisation… C’est ce que j’aime avec cette moto. Je l’adore tel quel, mais j’ai toujours aimé modifier mes motos. Je vais poser un guidon haut, acheter une selle Corbin custom et changer la boîte à air et l’échappement. Et vu que la première station essence est à 129 km de chez moi, je vais aussi l’équiper du réservoir de carburant de la Speedmaster, qui a une plus grosse capacité. J’ai tellement hâte. »

« Je vise le top 3 pour 2019, mais la compétition est rude parce que nous avons tous le même objectif. »

Rob Fowler – 3e place

« Je me suis lancé dans le DGR 2018 seulement deux mois avant la fin. J’ai vu une publicité au Bike Shed et je me suis dit que je pouvais aider à faire la différence », raconte Rob. « L’un de mes amis va mal depuis que son frère s’est suicidé. C’est une cause qui touche beaucoup de gens. »

Rob est comédien dans le West End. Il tenait le rôle principal de la comédie musicale « Bat Out of Hell ». « J’ai proposé aux producteurs de faire une annonce à la fin de chaque spectacle. Je me suis dit que nous avions une audience captive, que nous pourrions inciter à faire une vraie différence. Mes producteurs ont été un soutien incroyable pour la collecte de fonds. »

En plus d’en appeler aux spectateurs, Rob s’est aussi servi des réseaux sociaux pour sensibiliser le public et a vendu des accessoires du spectacle aux enchères pour réunir plus de fonds.

« J’ai tendance à faire les choses à fond », explique Rob en riant. « Je voulais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour collecter des fonds. » Le jour du DGR, Rob avait réuni un peu moins de 10 000 livres. À la date de clôture de la collecte de fonds, il avait récolté 20 000 livres.

« J’ai réalisé que je commençais à sérieusement remonter dans le classement, mais je voulais surtout mettre en lumière l’humanité et la grandeur d’âme des gens. Je pensais que le délai était fixé à la veille du DGR, alors je n’ai pas annoncé la somme réunie tout de suite. J’ai appelé Vincent, qui était juste au-dessus de moi dans le classement, et je lui ai expliqué ce que je comptais faire pour qu’il conserve la position pour laquelle il s’était battu.

« C’est la cause qui compte. Le fait de gagner une moto, c’était une très belle surprise. Je n’ai jamais possédé de moto neuve et j’ai toujours été un grand fan de Triumph. J’ai choisi une Thruxton R blanche. Elle est superbe et son rugissement est incroyable. »

Mark Brown – Vainqueur du sprint final

Lors de la dernière semaine de la collecte de fonds 2018, un prix surprise a été mis en jeu pour récompenser celui ou celle qui parviendrait à récolter le plus d’argent dans un temps limité. Cette semaine fut nommée le « Sprint final ».

« J’ai toujours été un passionné de motos et les hommes autour de moi ont été touchés par la maladie mentale. Des amis et ma famille ont été concernés. En tant qu’hommes, nous parlons peu de santé mentale et de dépression. Ce problème ne date pas d’hier. Grâce à des initiatives comme le DGR, il devient plus facile et plus acceptable de parler ouvertement des maladies mentales », explique Mark.

« Steve Broholm du DGR m’a appelé pour m’annoncer que j’avais gagné la moto. J’ai pensé que l’un de mes amis me faisait une blague. J’étais un peu sous le choc, parce que je n’avais jamais rien gagné de tel. J’avais réussi à convaincre pas mal de gens de faire un don lors de la dernière semaine. Je savais que j’avais ma chance, mais je ne pensais pas gagner.

Mark a remporté une Thruxton R Matte Black décoré d’un décalcomanie « Ton-Up » : « Elle est équipée de quelques accessoires du catalogue Triumph et d’un échappement custom. Elle a tout ce qu’il faut, une suspension haut de gamme, etc. J’ai cherché quelques accessoires supplémentaires dans le catalogue, mais elle est déjà très bien équipée.

« Cette année, j’ai la pression parce que j’aimerais faire les choses en grand. J’adorerais me classer premier à Melbourne. J’ai été battu sur le fil l’an dernier, alors il y a un peu de fierté. Mais l’ambiance est vraiment sympa, c’est une compétition bon enfant. Je n’avais jamais été aussi content de perdre ! J’ai quelques idées nouvelles pour 2019, alors avec un peu de chance, je parviendrai à collecter plus de fonds et à monter dans le classement. »

Alors que le DGR 2019 se prépare, découvrez l’événement et comment y participer. Découvrez aussi les éditions précédentes grâce aux articles ci-dessous.