Inspiration: Big Trip

Des sommets à la plage, partie 2

La tournée « Tiger and Surf » continue. Sebastian Kuhn, ou Basti pour les intimes, snowboardeur et amateur de moto nous emmène une dernière fois au sommet du glacier de Kaunertal, puis prend la direction du sud de la France et de ses plages sur la selle de la TRIUMPH Tiger 800 XCA. Pour l’occasion, il troque sa planche de snowboard pour une planche de surf et s’élance dans les vagues de l’Atlantique.

La scène snowboard se distingue pour deux raisons différentes. La première est l’amour que le snowboardeur voue à sa planche et la seconde est le peu de cas accordé à vos origines ou qui vous êtes. Comme j’adore ma liberté et que – quand mon travail me le permet – je suis toujours en vadrouille, cette « famille » internationale est une occasion géniale de découvrir le monde.

Au retour de mon voyage au glacier de Kaunertal, je suis retenu une semaine au travail avant d’avoir l’opportunité de rendre visite à des amis à Seignosse dans le sud de la France. Après cette saison hivernale difficile, faire du surf et aller à la plage sur la côte Atlantique à la mi-mai est le remède idéal. Je charge la Tiger en un clin d’œil et nous sommes de nouveau « on the road ».

Après une descente au Plansee dans le Tirol, je me dirige vers le sud. Déjà à partir du col de la Maloja, les températures se réchauffent sensiblement et je sens en moi que la vie est belle. Ce n’est pas pour rien que le col est appelé « Porte de l’Italie ». C’est déjà la « Dolce Vita » ! Conduire la Tiger sur les routes de montagne me procure un plaisir extrême, mais c’est à la campagne qu’elle laisse s’exprimer tout son potentiel.

Lorsque j’ai l’occasion de conduire un engin pareil, j’évite naturellement à tout prix les routes trop empruntées. Ce n’est sans doute pas le chemin le plus court, mais c’est celui qui permet à la Tiger de me donner tant de plaisir. Avec sa maniabilité parfaite, je me sens tout à fait maître de ma monture et toujours absolument sûr de moi.

L’un des autres événements marquants de ce voyage se trouve à l’écart de la route : les chutes de Piuro.. Une vue à couper le souffle et l’occasion parfaite de me rafraîchir et de m’offrir mon premier véritable Espresso italien. C’est ainsi que le voyage peut reprendre !

Ma première escale n’est plus très loin. C’est au bord du magnifique lac de Côme que je décide de planter ma tente. Cette journée à moto a un prix : je tombe de sommeil et m’endors comme une masse dans mon sac de couchage. Au déjeuner, je prends un peu plus de temps et déguste les délices du boulanger du coin avant d’enfourcher de nouveau la Tiger.

Pour ce voyage, j’ai de nouveau la combinaison GORE-TEX® de TRIUMPH. Elle assure une protection face aux intempéries et une respirabilité optimales ainsi qu’une sécurité maximale.

Aujourd’hui, je passe presque toute la matinée sur la route pour faire le plus de kilomètres possible, de manière à atteindre Savone près de Gênes sur la côte méditerranéenne. Depuis ce point, j’avale les kilomètres en direction de l’ouest et je passe rapidement la frontière française. Aux alentours de Tende, je prends la route du sud. Je ne veux surtout pas manquer Monaco ! La route en direction de la principauté est marquée par des montagnes et des falaises similaires à celles que l’on trouve dans la jungle. Les options tout-terrain de l’engin font battre mon cœur plus fort et je fais tout ce que je peux pour donner un coup de pouce à la Tiger également en dehors de la route. C’est la recette pour un plaisir garanti !

Une fois sur le territoire des Grimaldi, je suis impressionné par la vue sur Monaco : des yachts et un étalage de luxe qui nous en mettent plein les yeux. Monaco devient une véritable fourmilière au moment des courses de Formule 1. Quiconque souhaite refaire sa décoration à l’effigie de Ferrari trouvera son bonheur ici. Et bien sûr, les femmes de la haute société font également partie du paysage. Elles se repèrent notamment à leurs lèvres botoxées, à leur grand chapeau et à l’homme d’un certain âge à leur bras. Sans oublier la casquette Ferrari ou Mercedes, au choix.

Personnellement, je me contente de moins. Un café dans la zone piétonne et la musique d’un groupe de rue me suffisent. C’est inestimable. Ma prochaine étape est Cannes. Il fait 29 °C. La lenteur de la circulation me fait suer par tous les pores, ce qui signifie qu’à mon arrivée, je vais directement piquer une tête. Je me détends avec une glace sous le soleil avant de repartir. La route le long de la Côte d’Azur offre de nombreux virages et un paysage changeant, ainsi que des panoramas toujours splendides.

La vue magnifique le long de la Côte d'Azur

Le tronçon entre Marseille et Montpellier me fait traverser la Camargue, un paysage de marais de plus de 1 500 km². L’Étang de Vaccarès est le plus grand des nombreux lacs peu profonds caractéristiques de la région. Cet écosystème abrite près de 400 espèces d’oiseaux, comme le flamant rose. Ici, les attractions notoires sont les chevaux camarguais blancs et sauvages, ainsi que les grands troupeaux de taureaux. Je m’imprègne de tout cela depuis la selle de la Triumph Tiger.

Après de nombreux kilomètres, l’étape finale est enfin à l’horizon. J’arrive à Seignosse sur la côte Atlantique où les conditions sont idéales pour faire du surf. Après un tel voyage, même si la selle de la Triumph Tiger 800 XCA est sans aucun doute très confortable, après autant d’heures passées à conduire, mon postérieur en a assez et une baignade est la bienvenue. Heureusement, il me reste suffisamment de temps pour profiter de l’océan et les vagues me permettent de surfer avant le crépuscule.

Il fait bon vivre ainsi et je m’adapte volontiers à ce mode vie. Ces sept jours passés à Seignosse sont marqués par de belles vagues, de bons amis et de bons repas. Par chance, je suis arrivé en même temps qu’un nouveau swell, qui apporte avec lui de très belles vagues pendant plusieurs jours. Le soleil, radieux du matin au soir, en fait encore davantage pour rendre mon séjour agréable Pendant ce temps, j’accorde à ma Tiger un moment de répit.

Un des moments marquants de ce séjour a été la décision spontanée de me rendre à Saint-Sébastien en Espagne pour le concert de Ben Howard au Teatro Vicotria Eugenia qui est un lieu empli d’histoire. Officiellement, il n’y avait plus de places disponibles en vente. Cependant, comme mes amis de Seignosse avaient tous leur billet, j’ai décidé de m’en remettre à mon ange gardien. Et par chance, au guichet, j’ai pu me procurer l’un des deux tickets restants.

Puis, étant donné les prévisions météo, j’ai décidé de faire mon sac et de rentrer chez moi. Seignosse ne m’a pas facilité la tâche pour autant. En effet, en guise d’au revoir, j’ai eu droit à un coucher de soleil sans pareil.

Grâce à un feu de camp improvisé lors de mon escale sur l’île de la Charité-sur-Loire, j’ai néanmoins pu repartir le lendemain les pieds au sec. J’ai traversé Saarbrücken en direction de Feldberg et enfin de Rosbach vor der Höhe où, le cœur lourd et les larmes aux yeux, j’ai dû rendre ma fidèle partenaire de voyage chez TRIUMPH Deutschland. Dans l’ensemble, ce fut un voyage génial avec la Tiger et une chose est sûre : j’ai déjà très envie de repartir par monts et par vaux et je choisirai sans aucun doute la Tiger pour m’accompagner.

Crédits photos

  • Sebastian Kuhn @forealproject
  • Sebastian Geiger @sebigeiger
  • Christoph Priebsch @bifismanstagram