Inspiration: Big Trip

Hanna Johansson on trip around Norway

Aventure en terres natales

Une Street Scrambler sous le soleil de minuit

La suédoise Hanna Johansson a toujours cherché à s’aventurer plus loin avec ses Triumph. Mais à force de questions sur sa Scandinavie natale, elle finit par changer de cap. Ce fut une révélation.

Elle était alors à mi-parcours d’un tour de l’Europe de l’Est en 20 pays. Alors que les mêmes questions revenaient sans cesse, elle prit conscience que sa région natale était aussi une destination exotique. « Je cherchais toujours à repousser mes limites. Le problème, c’est qu’à trop regarder l’horizon, on a tendance à oublier d’où l’on vient », explique-t-elle.

Poussée par l’envie d’en apprendre plus sur la Suède et la Norvège, avec l’objectif d’atteindre Nordkapp (à l’extrême nord de la Norvège) en voyageant « à son rythme », elle commença à voir différemment son lieu de naissance et ses environs.

Se souvenir d’où l’on vient

« Lors de mon précédent voyage, tous ceux que j’ai rencontrés m’ont dit que la Scandinavie était une destination géniale. Mais comme beaucoup de gens, ma région natale ne m’avait jamais vraiment attirée. Alors, je me suis dit que je devrais peut-être explorer les environs et dès que j’ai pris la route, j’ai su que c’était la bonne décision », confie-t-elle.

Hanna opte pour une Street Scrambler 2018 modifiée du nom de Clyde, en hommage à Bonnie, la Bonneville SE 2009 qui l’avait accompagnée lors de son aventure à travers le Monténégro, l’Albanie et la Bulgarie.

Elle raconte : « J’avais besoin d’une moto assez solide pour affronter toutes les surfaces et après 1 000 km, j’ai réalisé que je ne ressentais aucune fatigue dans les mains. Les chauffe-mains sont incroyables. Et de manière générale, grâce aux nouvelles technologies, cette moto tient très bien la distance, en ville comme sur route, tout en se montrant à la hauteur sur les surfaces difficiles. »

Soleil de minuit

Une pause inoubliable illumina définitivement l’expédition d’Hanna sur ses terres natales : la première fois qu’elle vit le soleil de minuit, sur les îles Lofoten au nord de la Norvège.

« Je n’oublierai jamais ce moment : debout à côté de Clyde, les yeux plongés dans l’horizon par delà la mer, admirant le soleil. C’est un sentiment tellement étrange et magique à la fois de se trouver là, en cet instant improbable. Mais tout semble alors possible », se souvient-elle.

« Sur une moto, on revient à l’essentiel. En fait, j’ai vécu une expérience bien plus extraordinaire et insolite que je ne m’y attendais en restant si près de chez moi. J’ai pris conscience qu’il est difficile d’apprécier ce que l’on a sous le nez si l’on n’essaie pas vraiment. »

« J’ai franchi le cercle arctique »

Encore plus proche de chez elle, l’autre surprise de ce voyage de deux semaines et 8 400 km fut l’hospitalité des habitants. « Lorsque les gens entendaient parler de mon projet, j’étais toujours invitée à boire une tasse de thé entre deux bivouacs.

« Tout ça m’a ramené à l’époque où, plus jeune, j’explorais Stockholm pour la première fois, la ville où je vis désormais », raconte-t-elle. « Ce sentiment s’est encore renforcé lorsque je suis arrivée Rovaniemi, une petite ville de Laponie, en Finlande, là où vit le Père Noël.

« J’ai franchi le cercle arctique et je me suis retrouvée dans le village du Père Noël. J’étais tellement intimidée lorsque je l’ai rencontré que j’ai eu l’impression d’avoir de nouveau sept ans. Enfin, je ne me suis quand même pas assise sur ses genoux. »

« Des paysages à couper le souffle »

La découverte des montagnes et des fjords splendides de la Norvège, où elle retrouva un ami, le photographe américain Tim Burke, fut un vrai plaisir pour Hanna qui avoue : « J’ai été sidérée par la beauté à la fois pure et éblouissante de l’endroit, d’autant plus que c’est seulement à quelques heures de chez moi. »

L’ICEHOTEL, à Jukkasjärvi, au nord de la Suède fut une autre révélation : « C’est un hôtel et une œuvre d’art en même temps. Un lieu incontournable si vous mettez le cap sur Nordkapp. Quand la Norvège fascine par ses paysages spectaculaires, le charme de la Suède est plus subtil.

Pendant son séjour en Suède, Hanna a notamment visité les marchés d’automne allemands : « Les Suédois du monde entier rentrent au pays chaque année pour l’occasion. Les marchés sont merveilleux et ils m’ont permis de renouer avec mon pays et ses habitants. »

La présence de Tim a apporté de la fraîcheur à cette découverte de ses terres natales, qu’elle a ainsi vues différemment : « J’ai toujours voyagé seule, alors c’était nouveau pour moi. J’ai appris des expériences de Tim et en voyageant à deux, nous avons dû faire des compromis… mais jamais de sacrifice. »