Inspiration: Style

Les tigres des montagnes

Parcours terrestre jusqu'à Wheels and Waves

Inhospitalière mais incroyablement belle, cette enfilade de montagnes et de vallées striées de cours d’eau, au cœur de l’Europe continentale, sert depuis longtemps de corridor pour les contrebandiers internationaux.

Sa topographie, où les sentiers rocailleux côtoient des forêts, des pistes boueuses et de vertigineux pics enneigés, en faisaient la route traditionnelle de choix pour les criminels et trafiquants en tout genre.

TRAM15

Quand quatre amis décidèrent de ramener l’une des motos les plus célèbres du monde sur son lieu de naissance, la diversité du paysage ne fit qu’enrichir leur aventure. La Tramontana – ainsi nommée en référence au vent qui souffle « à travers les montagnes » – accompagnée de trois Tiger, entreprit sa virée inaugurale à travers les Pyrénées, ralliant Llanca, sur la côte méditerranéenne de la Catalogne, à Hondarribra, sur la côte Atlantique, à l’Ouest.

La bande de quatre parcourut 1167 km d’ascension et de descente dans des montagnes atteignant 2200 m d’altitude, dont 75 % hors piste… rappel constant des raisons qui en firent l’itinéraire de choix pour les contrebandiers de spiritueux.

Pour cette raison, cette virée ne figure pas au programme de la plupart des motards, à l’exception des fans d’Enduro prêts à renoncer au confort pour les frissons du hors piste.

Mais les pilotes d’essai Triumph David et Felipe Lopez, accompagnés de deux amis – sans aucune expérience du hors-piste et dotés de compétences techniques assez sommaires – démontrèrent qu’avec la bonne moto, tout est possible.

Les deux frères avaient certes le pedigree idéal. Leurs grands-pères avaient déjà arpenté cette route pour fuir le régime de Franco durant la guerre civile d’Espagne.

Les deux conspirateurs des temps modernes, chargés de livrer le prototype intact au festival Wheels and Waves de Biarritz, se sont attaqués à la première étape équipés pour une température de 20 °C, sans vent.
TRAM7

David ouvrait la route sur la Tramontana, suivi de Felipe sur une Tiger XCX flambant neuve, les deux amis fermant la voie sur deux fidèles Tiger XCX. David décrivit les 224 km de route jusqu’à Puigcerda comme « éprouvants », de quoi intimider les motards peu expérimentés. Mais, comme il le dit si bien, « s’il n’y a pas un peu de difficultés, cela n’en vaut pas la peine ». Et si vous souhaitez relever le défi, la Tiger est sans nul doute la moto qu’il vous faut, en raison de ses superbes compétences pour le hors-piste et de son excellent confort pour les trajets longue distance.

Après avoir réglé un problème de direction trop lâche sur la Tramontana, dû à des modifications de dernière minute, la deuxième journée offrit un défi plus technique avec l’ascension de sentiers escarpés et de sections rocailleuses jusqu’à Andorre, au cœur de la fameuse route des contrebandiers.

« Dans certaines montées, Felipe et moi avons poussé les motos dans leurs derniers retranchements, et quand, une fois au sommet, nous nous sommes retournés, nos amis étaient juste derrière nous. Ils nous ont dit que leurs motos leur ont rapidement fait prendre confiance en eux et qu’ils se sont sentis prêts à affronter tous les défis », explique David.
TRAM8

Au cours des troisième et quatrième jours, de Llavorsi à Isaba, ils prirent d’assaut le pic de Peguera, dévalèrent un étroit sentier dans la vallée de la Garonne avant de s’arrêter pour contempler les paysages époustouflants, à 2000 m d’altitude, entre les deux plus hauts pics du massif, l’Aneto (3404 km) et le Perdido (3355 m).

David raconte : « Ce fut la journée la plus difficile. Nous étions jusqu’au cou dans une boue profonde et poisseuse, qui permit à nos amis de constater que le contrôle de traction et l’ABS hors-piste de la Tiger offrent réellement le meilleur des deux mondes ».

Seuls les plus déterminés des contrebandiers de rhum osaient entreprendre ce périple, David et ses compatriotes l’ont bien compris en respirant l’air pur et raréfié des Pyrénées

Le premier jour fut une épreuve d'envergure. Avec la variété des paysages et les conditions climatiques, nos aventuriers vécurent quatre saisons en une seule journée.

En l'espace de quelques heures, l'atmosphère chaleureuse du bord de mer céda la place à un air glacé à 2000 m d'altitude, à travers les canyons et les forêts alpines, le soleil, la pluie, la neige, puis à nouveau le soleil.

« Entre les deux pics, les montagnes enneigées s’étendaient à perte de vue. Nous avions le sentiment d’être sur le toit du monde. Je me souviens m’être dit, il est vraiment regrettable que la plupart des motards que nous avons croisés – nombre d’entre eux sur des Triumph – ne quittent jamais la route.

La traversée finale, à travers les forêts pluviales couvertes de mousse de Navarre, en direction de l’Atlantique, avait un parfum d’aventure amazonienne. Puis, au hasard d’une traversée de rivière et d’une côte escarpée, on se serait cru dans les Alpes. Décidément, rien ne manquait à ce périple ».

TRAM11

Nos amis ne se laissèrent pas décourager par un accident survenu le dernier jour, quand Felipe fit tomber la Tramontana sur sa jambe… mais dont la seule victime fut le réservoir éraflé de la moto, qui avait déjà prouvé qu’elle était plus qu’un simple prototype. Comme l’explique David : « toutes les motos se sont parfaitement comportées et nous n’avons eu qu’un ou deux petits problèmes courants sur ce type de terrain difficile.

De nombreux passionnés achètent leur Tiger en tant que moto d'aventure, mais la plupart n'explorent jamais les limites de leur moto pour profiter de son potentiel hors-piste grâce à des expéditions de ce type. Je ne saurais trop vous conseiller de repousser vos limites, ainsi que celles de la moto : vous serez surpris de voir ce que vous pouvez accomplir.

David Lopez