Inspiration: Profiles

Le coup de foudre d’une rock star pour Triumph

L'engagement de Mark Richardson à « vivre l'instant présent »

Bio FTR:, Mark Richardson

GROUPES: Little Angels, Skunk Anansie, Feeder

MOTO PUNK FAVORITE: Triumph Bobber, « Sobre et brutale »

MOTO ROCK FAVORITE: Thruxton R, « Féroce et branchée, elle déménage »

MOTO POLYVALENTE FAVORITE: Tiger XCA, « Une moto de sport déguisée en moto aventure »

Mark Richardson se souvient parfaitement du moment où il eut le coup de foudre pour la moto, alors qu’il se trouvait la tête la première dans un fossé, sous une vieille Triumph Bonneville toute cabossée.

Quelques secondes auparavant, alors qu’il n’avait que six ans, le futur batteur du groupe Skunk Anansie avait enfourché la moto d’un ami dans un champ et enclenché l’accélérateur avant de s’élancer.

« Je n’avais aucune idée de ce que je faisais et j’ai continué à accélérer, à accélérer, et j’ai fini par atterrir dans un fossé. Je suis resté là, hilare, mais j’avais attrapé le virus, à vie », raconte-t-il.

Motos de trial et motocross

Inspiré par cette première expérience et la tutelle de son beau-frère, il commença par s’essayer aux motos de trial avant de succomber aux poussées d’adrénaline du motocross. Quand le groupe devint professionnel et commença à faire des tournées et que ses mains et ses bras de batteur devinrent un outil très précieux, la moto passa au second plan. Cependant, Triumph a toujours occupé une place de choix dans sa vie.

« Nous étions tout le temps en tournée et quand ce n’était pas le cas, nous étions en studio ou en promo. La moitié du temps, je n’avais aucune idée de l’endroit où je me trouverais. Hors de question, dans ces conditions, d’avoir une moto », raconte l’ambassadeur Triumph.

Mark Richardson Skunk Anansie drummer

Mark sur sa Bonneville

« C’était étrange car à l’époque, je fréquentais de nombreux musiciens célèbres et ils portaient tous des T-shirts Triumph. J’avais donc toujours la marque sous les yeux. Quel plus beau témoignage du prestige et de la diversité de Triumph que le fait que tout le monde, d’Elvis Presley à Lemmy de Motörhead, souhaitait être associé à cette entreprise britannique. »

Mark Richardson's Down and Out cafe racer

« Ne crains point de mourir. Crains de ne point vivre ».

Dans la lignée du « I don’t want to live forever » (« Je ne veux pas vivre éternellement »), tiré d’Ace of Spades de Motörhead, Mark a adopté un slogan qui résume son amour pour la moto : « Ne crains point de mourir. Crains de ne point vivre ».

« Cela résume parfaitement ma philosophie. J’ai passé beaucoup de temps à parcourir le monde, mais je ne saurais dire que je n’ai vu que beauté. J’ai été dans des hôtels, dans des salles de concert et des loges, et quand nous avions un jour de repos, nous n’étions pas en état de faire du tourisme. Aujourd’hui, je rattrape le temps perdu ».

De LA à San Francisco

Mark, qui a travaillé en étroite collaboration avec l’équipe Dutch and the Bike Shed lors de leur récent show au Tobacco Dock de Londres, comprit tout ce qu’il avait manqué lorsqu’il rallia Los Angeles à San Francisco sur une Bonneville T120 en compagnie de sa femme Erika.

Mark Richardson and his wife on a Triumph
Mark et Erika en train de faire le plein de souvenirs sur la Bonneville T120

« C’est la virée la plus incroyable que j’aie jamais faite. Nous roulions tranquillement, sans nous presser, dans le Big Sur, où les monts Santa Lucia semblent jaillir de l’Océan Pacifique, avec le strict minimum. C’était comme un rêve devenu réalité. Ces paysages sont absolument magnifiques, mais le fait de faire le trajet sur une moto aussi cool a totalement sublimé l’expérience ».

Big Sur
Parcours de rêve : Le Big Sur et les montagnes

Mark prévoit actuellement de faire une virée en août le long de la côte ouest de l’Écosse, célèbre pour ses paysages accidentés, sur sa Tiger XCA, mais il n’exclut pas un parcours un peu plus ambitieux : « J’aimerais faire un tour du monde avant de mourir, et au plus profond de moi, je sais qu’un jour j’enfourcherai mon Explorer pour partir à l’aventure ».

« Ne perdez pas de temps sur d’autres motos »

Il ajoute : « J’ai 46 ans aujourd’hui, donc tout ce que je fais vise à créer des souvenirs. J’aurais aimé faire ça quand j’étais plus jeune, mais je jouais dans un groupe de rock et j’étais plein de fougue. Je suppose que c’est ça, la folie de la jeunesse ».

Skunk_article-asset_1
Mark est l’heureux propriétaire de la Down and Out Cafe Racer Bonneville T120

Mark fait parfois allusion au passage du temps, pas seulement en termes d’âge, mais également en termes de sagesse. « Si c’était à refaire, il y a bien des choses que je ferais différemment. J’éviterais par exemple de gaspiller du temps et de l’argent sur d’autres motos. J’opterais directement pour une Triumph.

Leurs motos ont évolué à la perfection tout en conservant l’image classique et cool qui les caractérise, avec en plus une qualité technique et des finitions irréprochables. Chaque élément a un raison d’être, tout est pensé pour sublimer l’expérience de conduite. Personne d’autre n’atteint un tel niveau ».

Mark Richardson and his wife on their Triumph

Le groupe s’est reconstitué en 2008, après une interruption de sept ans à la fin des années 1990, a sorti son huitième album, a fait une tournée européenne l’année dernière, et prévoit de retourner en studio vers la fin de l’année. Cette fois, Mark est persuadé qu’ils ont tiré les leçons du passé : « Quand nous avions un désaccord, cela donnait lieu à des conflits spectaculaires. Aujourd’hui, nous sommes tous plus âgés et nous savons résoudre nos différends en communiquant. Je suis persuadé que j’aurai plus de temps pour faire des virées sur ma Tiger, car j’ai découvert qu’il est essentiel de mener une existence équilibrée ».

* Vous avez raté leurs concerts à Manchester et à Guimaraes, au Portugal, qui se sont joués à guichet fermé plus tôt cette année ? Alors consultez les dates de tournée de Skunk Anansie et découvrez ou redécouvrez leurs tubes, anciens, nouveaux et remasterisés, sur www.skunkanansie.com